Ambassade de Guinée en Espagne

Dubréka : Les réactions des citoyens après la hausse du prix du carburant à la pompe

4 août 2021

Dans un décret rendu public ce mardi 3 août 2021, le gouvernement guinéen a décidé d’augmenter le prix du carburant à la pompe. Désormais, le prix d’un litre d’essence passe de 9 000 à 11000 GNF. Qu’en pensent les citoyens à Dubréka [50 km de Conakry]. Nous leur avons tendu notre micro.

Babara Camara, syndicaliste, gare routière de Dubreka

Si les prix des produits étaient restés intacts, je pense que le gouvernement n’allait pas avoir le courage d’augmenter le prix de l’essence à la pompe

« Je ne comprends rien dans cette histoire, en Guinée ; chacun fait ce qu’il veut et nous sommes tous conscients que les prix des produits de première nécessité sont à la hausse dans tous les marchés du pays. Chacun a décidé d’augmenter le prix de ses produits (ciment, sac de riz, etc.) avant que le gouvernement n’augmente le prix du carburant. Donc, je crois que c’est ce qui a poussé le gouvernement à réagir de cette manière. Si les prix des produits étaient restés intacts, je pense que le gouvernement n’allait pas avoir le courage d’augmenter le prix de l’essence à la pompe. Mais, c’est l’attitude de certains commerçants et nantis de notre pays qui a fait réagir le gouvernement. Aujourd’hui, nous ne pourrons rien contre la loi. C’est le gouvernement qui a décidé d’augmenter le prix des produits pétroliers à la pompe. Ce qui veut dire que nous resterons derrière cette décision du gouvernement. Chez le patron, la loi n’existe pas. C’est les citoyens qui pourront ramasser les pots cassés. La seule chose que nous pourrons dire au gouvernement, c’est comment faire en sorte que les prix des produits sur le marché soient fixés par le ministère du commerce. Sinon, c’est la population qui continuera à souffrir. C’est en Guinée qu’on voit que chacun met le prix qui lui convient sur sa marchandise. En Sierra Leone par exemple, ce que les gens font ici, là-bas on ne le fait pas ».

Soumah Mohamed, responsable des conducteurs de taxis motos du km5

Quand l’état de la route n’est pas bon, le véhicule consomme plus d’essence

« C’est hier soir, que j’ai appris la nouvelle à la télévision. Depuis l’annonce de cette décision, franchement, nous ne sommes pas contents. Parce que rien ne va dans le pays, le moment n’est pas opportun pour augmenter le prix du carburant à la pompe, tout le monde sait qu’en saison pluvieuse les activités ne marchent pas. Et, maintenant que le gouvernement a décidé d’augmenter le prix du carburant à la pompe ! Cela veut dire que nous les conducteurs de motos taxis allons souffrir plus que les chauffeurs de taxis. Parce que le taxi moto, on ne peut prendre deux personnes, si on pouvait prendre deux personnes sur chaque moto, cela pourrait nous aider à avoir notre recette journalière sans difficulté. Dans certains endroits tu peux envoyer un client et au retour tu ne gagnes pas de passager. Donc, c’est l’une des difficultés qu’on pourra avoir sur cette hausse du prix de l’essence à la pompe, il y aura un impact sur nous.

En plus, cette augmentation du prix du carburant ne jouera pas seulement sur les gens qui ont des engins roulants. Cette décision du gouvernement aura forcément des conséquences néfastes sur la vie des citoyens guinéens.

Il faut vraiment que l’état essaie de revoir cette décision. Sinon, ça va chauffer de plus. Parce qu’il n’y a pas de route dans le pays, et l’Etat a demandé aux chauffeurs de maintenir les anciens prix. Moi, je pense que personne ne sera d’accord avec cette décision. Quand l’état de la route n’est pas bon, le véhicule ou la moto consomme plus d’essence, parce que tu ne pourras pas rouler à l’allure qui est autorisée quand la route est bonne ».

Fodé Moussa Sylla, conducteur taxi-moto

Tout à l’heure il y a eu des discussions entre moi et un client… j’ai pris le col de sa chemise

« Ce que nous constatons par rapport à cette augmentation du prix du carburant à la pompe, c’est que c’est une confusion qui a été créée comme ça. Parce qu’on ne peut pas augmenter le prix du carburant à la pompe et dire aux chauffeurs de ne pas augmenter le prix du transport. Aucun conducteur ou chauffeur n’acceptera de transporter les passagers sans au moins gagner le prix de son essence. Comme ils ont donné le prix du carburant à la pompe, à vrai dire ils devraient aussi dire les différents prix aux chauffeurs, à commencer par le grand Conakry et toutes les villes de l’intérieur. Et, il y aura une compréhension entre nous et les clients [Les prix ont été donnés par le syndicat des transporteurs, NDLR].

Au moins ils peuvent laisser un litre à la pompe à 10 000 GNF, et faire ce qu’ils veulent. Tout à l’heure il y a eu des discussions entre moi et un client, il m’a demandé de l’envoyer au quartier Tanènè et arrivé au lieu indiqué, il me remet 3000 GNF. Je lui ai dit de payer 5000 GNF. Parce que c’est le prix que nous les motards, on s’est convenu depuis ce matin. Il a refusé de donner les 2000 francs qui restaient à payer, et sans plus tarder j’ai pris le col de sa chemise. Mais c’est grâce à l’intervention des citoyens dudit quartier que je l’ai laissé ».

Foko MILLIMONO, depuis Dubreka pour guinee7.com

L’article Dubréka : Les réactions des citoyens après la hausse du prix du carburant à la pompe est apparu en premier sur Guinee7.com.

Last modified: 4 août 2021

Comments are closed.